Notre président travaille pour protéger les marins canadiens et leurs droits

février 20, 2018

Depuis notre dernière mise à jour, James Given a été occupé à travailler sur les enjeux qui importent le plus à nos confrères et consœurs du syndicat à travers le pays.

 

À la fin de 2017, le président du SIU a participé aux réunions du Conseil consultatif maritime canadien en compagnie du ministère des Transports. Ces réunions nous permettent de faire entendre notre voix sur diverses questions auprès des décideurs. Notre présence au Conseil nous aide également à établir une communication cohérente avec les autorités du secteur maritime, assurant que nos positions soient non seulement entendues, mais respectées et mises en œuvre.

 

En tant qu’intervenant important dans le secteur maritime canadien, James Given tient à discuter avec les représentants du gouvernement et les décideurs aussi souvent que possible. Au début de janvier, le SIU a participé à une table ronde avec la ministre du Travail, Patty Hajdu, sur les changements au Code canadien du travail. En février, le président a également participé à une autre table ronde avec Emploi et Développement social Canada sur l’application du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET). Grâce à nos efforts et aux efforts des autres intervenants dans le domaine du travail maritime, d’importants changements ont été apportés à la prestation du programme.

 

En janvier, le ministre des Transports, Marc Garneau, a tenu une table ronde avec des intervenants de l’ALENA et du secteur des transports. Malheureusement, nous n’avons pas été invités. En fait, une seule voix représentant l’industrie maritime était présente, la Fédération maritime du Canada, qui ne représente que le transport maritime à l’international et non l’industrie maritime intérieure. Le gouvernement a laissé entendre que nous n’avions pas besoin d’être présents puisque les discussions ne porteraient pas sur des questions liées aux conditions de travail. Nous nous sommes battus et nous nous sommes assuré que le gouvernement nous entende. Bien que nous n’ayons pas pu participer à cette réunion, nous rencontrerons prochainement des représentants sur les accords commerciaux et certaines questions connexes.

 

En dehors de ces activités gouvernementales, nous avons récemment participé à un rassemblement contre le racisme à Saint Catharines en Ontario. Notre priorité est le bien-être de nos membres et celle de l’industrie maritime du Canada. Cependant, l’équité pour tous est également très importante pour nous. Lorsque nous avons entendu que des suprématistes blancs se mobiliseraient à l’extérieur du bureau du député local Chris Bittle, nous avons réussi à rallier plusieurs membres et le personnel du SIU pour protester ce rassemblement. Nous ne pouvions pas rester silencieux face à ce genre d’acte haineux et nous nous sommes assuré que notre message soit entendu haut et fort.

 

Au début de 2018, nos confrères du SEATU ont appris que des employés d’un Tim Hortons local avaient été intimidés lorsqu’ils ont tenté de se syndiquer. Les gestionnaires de la franchise étaient directement en violation avec les droits du travail des employés. Nous avons pris des mesures pour veiller à ce que les autorités compétentes soient au courant des problèmes en cours, afin qu’elles soient en mesure d’agir.

 

Comme vous le savez peut-être, Unifor a récemment quitté le Congrès du travail du Canada (CTC). En tant que membre du CTC, nous nous opposons à ce mouvement. Depuis son départ du CTC, Unifor a tenté de convaincre les membres du syndicat Unite Here 75 de se joindre à eux. Au début du mois de février, les 55 membres restants du CTC (y compris le SIU) se sont réunis pour condamner les actions d’Unifor suite à sa désaffiliation. Nous considérons leurs mouvements comme une tentative de construction d’un empire, et nuisible à la solidarité entre les travailleurs et à la défense des droits des travailleurs en général.

 

Plus récemment, James Given a discuté avec de nombreuses sociétés de transport maritime au sujet des efforts de recrutement. Notre industrie est en pleine croissance et il est peut-être trop difficile pour nous de suivre le rythme. C’est un bon problème à avoir. Nous nous devons de redoubler nos efforts pour recruter la prochaine génération de marins. En continuant d’augmenter notre nombre de membres, nous serons encore plus forts! Restez à l’affût pour en apprendre davantage sur le sujet!