Le Syndicat international des marins canadiens demande que les travailleurs du secteur maritime soient inclus dans la deuxième phase de vaccination contre la COVID-19

janvier 18, 2021

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Le 18 janvier 2021 – Le Syndicat international des marins canadiens (SIMC) appelle les responsables des provinces et des territoires du pays à inclure les travailleurs du secteur maritime parmi les travailleurs essentiels dans la deuxième phase de vaccination contre la COVID-19. Jusqu’à présent, les marins et les travailleurs du secteur maritime ne font partie d’aucune des listes de travailleurs essentiels qui devraient recevoir le vaccin contre la COVID-19 au cours de la deuxième phase de vaccination.

Le 17 décembre 2020, le SIMC, de concert avec d’autres organisations syndicales du secteur maritime, a adressé une lettre conjointe à tous les responsables de la santé provinciaux, territoriaux et fédéraux du Canada demandant aux gouvernements de veiller à ce que les travailleurs du secteur maritime ne soient pas oubliés dans les plans de vaccination des travailleurs essentiels contre la COVID-19, qui dévaste le monde depuis l’année dernière. Les employés du secteur du transport maritime, y compris les marins, ont été considérés comme des travailleurs essentiels par le gouvernement fédéral. Cependant, rien n’indique que ceux-ci seront vaccinés contre la COVID-19 aux côtés des autres travailleurs essentiels lors du déploiement du vaccin.

Même si les marins et les travailleurs portuaires représentent une main-d’œuvre moins visible pour le grand public, ces derniers sont essentiels pour assurer la continuité et la fluidité des chaînes d’approvisionnement aux quatre coins du Canada, notamment pour la livraison et le déchargement de biens essentiels tels que les équipements de protection individuelle, les fournitures médicales et les produits alimentaires.

« Un bon exemple du travail essentiel des marins est l’opération annuelle de ravitaillement par mer dans l’Arctique, au cours de laquelle les navires transitent vers le Nord pour livrer des articles essentiels comme de la nourriture et des fournitures médicales à des collectivités éloignées qui en seraient privées autrement. L’économie canadienne et notre société dans son ensemble dépendent entièrement du transport maritime », a déclaré James Given, président du SIMC.

À l’instar des autres travailleurs essentiels faisant face au virus en première ligne, les travailleurs du secteur maritime risquent d’y être exposés de maintes façons. Bien que des mesures aient été prises depuis le début de la pandémie pour atténuer le risque de contracter le virus, les travailleurs du secteur maritime, dont les marins, ont dû ajuster leurs activités professionnelles considérablement. Ils ne peuvent notamment plus débarquer des embarcations lorsqu’ils arrivent à un port. De nombreux marins n’ont pas pu quitter leur navire, même pour faire une simple promenade, pendant des mois d’affilée, ce qui leur a causé des problèmes de fatigue et a entraîné une détérioration de leur santé mentale.

« Les travailleurs du secteur maritime ont joué un rôle essentiel et ont sacrifié leur rythme de vie normal pour faire leur part afin d’assurer la stabilité de l’économie canadienne, mais ils ont reçu très peu de reconnaissance à ce jour. Le gouvernement doit maintenant intensifier ses efforts et veiller à ce que ces travailleurs soient priorisés de manière appropriée dans la planification de la deuxième phase de vaccination des travailleurs essentiels. »

Le Syndicat international des marins canadiens continue de demander à tous les paliers de gouvernement de s’assurer que les travailleurs de l’industrie maritime canadienne soient inclus dans tous les plans de la deuxième phase de vaccination des travailleurs essentiels contre la COVID-19. Dans le cas contraire, cela mettrait en péril la chaîne d’approvisionnement du pays, ce qui serait dévastateur pour l’ensemble du commerce national et international.

 

À propos du SIMC : Le Syndicat international des marins canadiens (SIMC) est affilié au Seafarers’ International Union of North America, qui dessert les marins non brevetés depuis 1938. Depuis 1954, le SIMC représente les marins qui travaillent à bord de navires sur les Grands Lacs, le fleuve Saint-Laurent, la Côte Est et la Côte Ouest. Les membres du SIMC ont la réputation d’être parmi les marins les mieux formés et les plus qualifiés du monde. Le SIMC représente des milliers de marins canadiens qualifiés aux quatre coins du Canada.

###

SOURCE : Syndicat international des marins canadiens

Lien connexe :

www.seafarers.ca

 

Contact média :

SIU Communications

comms@seafarers.ca